Accueil du site > Citoyenneté > Citoyenneté > Pris au jeu des questions environnementales

Pris au jeu des questions environnementales

Parler de l’avenir de la planète ou plus proche de nous de notre territoire n’est pas chose aisée. Le public du Cercle About a pourtant bien mordu àl’hameçon, appâté par des chargés de mission de l’INRAT quelque peu particuliers. Tout un programme.


Bernard Krops, Sylvain Jacquemin, et Isabelle Mins (derrière la caméra), sont tous trois chargés de mission àl’INRAT (Institut national de recherche sur l’avenir des territoires). Ensemble, ils travaillent sur la prospective. Un travail àgrande échelle. Horizon 2050, l’avenir.

Et avec des projets concrets. Pour cela, ils ont étudié avec minutie le territoire, et interviewé un public large : des collégiens, mais aussi des sommités locales. Ils en avaient des choses àdire. Un questionnement multiple répondant vraiment àla problématique de notre espace terrestre, son développement durable : l’évolution du monde en général, les changements climatiques, la population, l’eau du robinet, l’emprunte écologique, etc. Et àregarder tout cela de près, les conférenciers estiment qu’il faudra impérativement changer de comportement dans tous ces domaines. Car si on continue àvivre comme un Français, il faudrait trois planètes pour le faire de façon durable. Et pour l’avenir de Dieuze, il fallait donc aussi passer àla vitesse supérieure, taper du point sur la table. Acte I, mettre sur pied un PERE (programme éducatif de redressement écologique), le premier de France. Acte II, créer en son sein des casques verts. Un genre de « forces spéciales  » qui pourraient intervenir dans tous les pays ne respectant pas les accords internationaux en la matière (le Global Footprint de 2009). Acte III, créer un service écologique obligatoire, une sorte de service militaire rénové. Et tout cela àDieuze. La ville deviendrait ainsi un territoire pilote. Avec àla clé des retombées économiques, touristiques, environnementales fortes. Susciter des réactions

Et lors de toutes ces explications, pris au jeu, le public invité par le Cercle About de la MJC a réagi très vite. Il voulait participer àtout prix àce débat fondamental. Questions, arguments et contre-arguments ont fusé. Les conférenciers n’en sont pas revenus. Une séance d’une heure où le public n’a même pas remarqué que les deux intervenants en question étaient en fait des comédiens de la compagnie « Azimuts  » agissant dans le cadre de l’association « Scènes et territoires  », en cheville avec la DRAC (direction régionale des affaires culturelles). Leur objectif commun : travailler en allant àla rencontre des territoires ruraux de l’ensemble de la région. Leur soumettre une problématique particulière les concernant, susciter des réactions. Leur donner la parole. Au bout, il y aura un spectacle fin 2012 qui résumera l’ensemble des questions abordées de façon ludique. Une manière un peu détournée, oblique, pour aborder des sujets sérieux, et faire réfléchir le commun des mortels peu intéressé par la chose en général. Une bonne méthode pédagogique. Et amusante de surcroît.

P.-S.

- Républicain Lorrain
- publié le 27/10/2011